“Europe : le temps du rattrapage industriel” (Les Echos)

0
Emmanuel Combe a publié le 15 Avril 2021 une chronique dans Les Echos sur la politique industrielle européenne.

 

Europe : Le temps du rattrapage industriel

 

Batteries électriques, hydrogène, supercalculateur, ordinateur quantique, semi-conducteurs : l’Union Européenne a clairement mis depuis deux ans la politique industrielle au rang de ses priorités. Ce grand retour du volontarisme industriel s’explique par la prise de conscience collective que l’Europe ne joue plus dans la cour des grands en matière technologique. Un seul chiffre suffit à s’en convaincre : dans le classement 2019 de l’OMPI sur les demandes internationales de brevets, les trois premiers pays déposants sont la Chine, les Etats-Unis et le Japon, loin devant l’Union Européenne. Si elle entend revenir demain dans la course, l’Europe n’a d’autre choix que d’opérer un véritable « rattrapage industriel », à l’image de ce qu’ont fait certains pays émergents asiatiques ou … le Japon durant les années 1960.

Mais rattraper son retard est un exercice difficile. Celui qui est en retard souffre en effet d’un désavantage structurel par rapport aux premiers de la classe : il ne bénéficie pas encore des économies d’expérience. Cette notion désigne le fait que produire depuis longtemps permet d’apprendre à produire et d’être ainsi plus efficace. Si l’on raisonne en termes de coût, cela signifie que le coût de production diminue en fonction de la quantité cumulée dans le temps et non à instant t comme dans le cas des économies d’échelle. Si l’on applique ce concept à l’innovation, cela revient à dire qu’une entreprise est d’autant plus efficace en R&D qu’elle creuse depuis longtemps un sillon  technologique. Ainsi, dans le cas des semi-conducteurs, l’excellence technologique de TSMC ne vient pas de nulle part : si le taiwanais a  acquis une telle avance sur les gravures en 2 nanomètres, c’est parce qu’il produit des semi-conducteurs avancés depuis 30 ans.

Plus les économies d’expérience sont élevées dans un secteur, plus le handicap temporel des retardataires est difficile à combler. Ce phénomène justifie à lui seul une intervention des pouvoirs publics, sous la forme de subventions. On retrouve ici un argument assez proche de celui de « l’industrie naissante», invoqué pour justifier un protectionnisme temporaire : avant d’affronter les vents de la concurrence, il faut aider le retardataire à «mettre le pied à l’étrier» et à descendre le long de la courbe d’expérience. Toute la question est alors de savoir à quelles conditions une telle politique peut réussir.

Première condition : pour espérer combler rapidement le retard, il ne faut pas trop disperser ses moyens et miser sur un segment de la chaine de valeur ou sur un usage particulier de la technologie. Dans le cas des semi-conducteurs, l’Europe a ainsi fait le choix d’investir sur des puces « green tech » et à destination de la voiture connectée, la 5G ou l’Internet des objets.

Seconde condition : si le progrès technologique est trop rapide dans un secteur ou si l’on part de trop loin, il vaut mieux miser sur une stratégie de rupture, en investissant sur des technologies qui n’existent pas encore, plutôt que de vouloir rattraper à tout prix. On risque sinon d’avoir toujours « un train de retard ». C’est tout l’esprit du programme sur l’ordinateur quantique, qui devrait voir le jour en 2030, alors même que l’Europe a raté le virage des supercalculateurs.

Troisième condition : dès le départ, les règles du jeu doivent être claires et crédibles. Par exemple, il faut pouvoir arrêter un programme industriel qui ne donnerait pas les résultats escomptés. Il faut également mettre en place un mécanisme d’aides qui soit temporaire, au risque sinon de se retrouver avec une industrie éternellement en enfance. Il faut enfin conserver une certaine dose de concurrence entre les acteurs européens pour qu’ils soient incités à donner le meilleur d’eux-mêmes. Comme souvent en économie, la réussite d’une politique publique dépend beaucoup des conditions précises de sa mise en œuvre, c’est-à-dire de sa gouvernance.

Emmanuel Combe est professeur à Skema Business School.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here