Low cost : les business models gagnants (HEC Alumni)

0

Depuis quand vous intéressez-vous au low cost ?

Fin 2007, en tant que chargé de mission auprès du ministre Luc Chatel, j’ai été amené à rédiger un rapport sur le sujet au moment où en France les secteurs aérien et automobile connaissaient leurs premières expériences low cost. C’est à ce moment-là que j’ai découvert que ce business model constituait une véritable “révolution schumpétérienne”, au sens où certains redéfinissaient des pans entiers de l’économie par le seul biais d’innovations touchant à la production et au commerce. J’ai compris à l’époque que cette révolution allait non seulement gagner dans l’aérien, ce qui est vrai aujourd’hui avec 80 % de part de marché sur le court et moyen-courrier en Europe, mais qu’elle n’épargnerait aucun secteur – avec des niches parfois relativement prospères, comme Logan de Renault, très rentable aujourd’hui – à l’exception du luxe et du high-tech. J’ai continué ensuite à faire du conseil auprès d’entreprises sur ce sujet, avant de publier un livre sur le low cost, en 2011.

Pour lire la suite, cliquer sur HEC Alumni.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here